La cavalerie de la Garde

-

 Historique des cuirassiers de la Garde

 

Le régiment de cuirassiers de la Garde Impériale est créé le 1/5/1854 à Saint Germain en Laye, par ponction de vingt cavaliers d'élite de chaque régiment de dragon, carabinier et cuirassier de la ligne. Il est passé en revue par l'Empereur le 23/5/1854 qui lui remet son étandard. Le 20/12/1855, un second régiment de cuirassiers de la Garde est créé.

La brigade de cuirassiers participe à la guerre d'Italie, mais sans y subir de pertes, car restée en réserve lors de la bataille de Solférino. Le 20/12/1865, les deux régiments sont fusionnés en un régiment unique.

En 1870, le régiment est embrigadé avec celui des carabiniers de la Garde et il est rassemblé à Metz le 28 juillet. Le 16 aout 1870, à la bataille de Rezonville, les cuirassiers de la Garde sont placés en réserve au sud de Rezonville, sous les coups de l'artillerie ennemie. Le régiment est engagé dans une charge contre deux régiments d'infanterie prussienne, 152 officiers et soldats y seront blessés ou tués. Le colonel de Sainte Chapelle, alors sous officier du régiment, relate ainsi cette journée mémorable :
"Formé en bataille sur un front de 5 escadrons, le régiment se trouvait aligné au sud et près de Rezonville, plateau 308, un peu en arrière de la route qui mène de ce village à Gorze, face à l'ouest, et sous le feu des batteries prussiennes installées sur le plateau 286 au sud ouest de Vionville. Entre midi et une heure, le 2e corps du général Frossard ayant dû abandonner Vionville et Flavigny, battait en retraite sur Rezonville. Sur la demande de cet officier général, le maréchal Bazaine fit charger les cuirassiers de la Garde dans le but d'arréter la marche de l'ennemi. Les cuirassiers de la Garde partirent au galop de pied ferme, au commandement de leur colonel. mais après un parcours de 200 à 250 metres, ils vinrent buter contre des haies et des clotures de jardin, dépendances de Rezonville et le long du chemin menant à Gorze, qui arrétèrent les trois escadrons de droite. Le commandant Sahuqué, à la tête des deux escadrons de gauche (4e et 6e) continua de se porter en avant, tandis que ceux de droite faisaient pelotons à gauche et se remettaient face en tête par pelotons à droite, dans le sillon tracé par les 4e et 6e. Les escadrons se trouvèrent ainsi répartis en trois échelons : celui de tête formé par les 4e et 6e, les 2e et 3e en deuxième ligne, le 1er en troisième ligne, chaque ligne marchant exactement sur les traces de la première, mais à grande distance, environ 200 metres, en raison du temps perdu pour l'arrêt et la marche de flanc. Après s'être remis en bataille, les deux escadrons de tête avaient repris le galop. Nous ne voyions toujours rien car l'ennemi montait la contre pente d'un plateau, pendant que nous descendions celle du plateau précédent. Nous franchîmes le ravin, le ruisseau à sec et gravîmes la côte. En arrivant au sommet, le terrain s'abaissant de l'est à l'ouest, , nous voyons droit devant nous le hameau de Flavigny en flamme à environ 2000 metres et en decà, la plaine noire de Prussiens à 1200 metres de nous, sur plusieures lignes irrégulières, mais se suivant d'assez près.
L'infanterie prussienne qui venait déboucher de Flavigny s'était déployée en éventail, précédée de tirailleurs largement espacés. Quand la première ligne de cuirassiers apparut sur le crête 311, à environ 900 metres à l'ouest de Flavigny, les premiers éléments du dispositif prussien firent demi tour et rallièrent à toute vitesse leurs soutiens, tandis que la réserve se portait à la rescousse. Leur réunion hâtive donna lieu à un mélange des unités. Ces mouvements eurent pour résultat d'arréter leurs feu, tandis que la vue des tirailleurs en fuite exaltait l'ardeur de la première ligne des cuirassiers. Les cris de "
Chargez et Vive l'Empereur" partirent spontanément, et tous brandissant leurs lames s'élevèrent sur leurs etriers, tout en conservant un alignement superbe.
Le groupe d'infanterie le plus rapproché se trouvait placé exactement sur la direction suivie par le 4e escadron qui le prit comme objectif de la charge, pendant que les Prussiens achevaient de se rallier. Ils se présentaient à nous sur un front sensiblement égal à celui de l'escadron. Les fantassins apprétèrent l'arme, au commandement et très correctement ; à celui de joue, tous les fusils s'abaissèrent et quand la salve éclata, nous étions à moins de cent metres. A cette première salve succéda un feu rapide, à volonté et le groupe disparût à nos yeux, masqué par la fumée. Le centre de l'escadron vint s'écraser sur les baïonnettes. Le commandant Sahuqué, suivi de l'adjudant Fusch, et le sous lieutenant Lecler, chef du 3e pelotons, furent tués. Quelques cavaliers pénétrèrent au milieu du groupe des fantassins. Seul le maréchal des logis Chabert (placé à la droite du 3e peloton) en sortit vivant. Le maréchal des logis Scheffler, son voisin (placé à la gauche du 2e peloton) y fut tué. le capitaine commandant Thomas et le maréchal des logis chef Langlaude, tous deux blessés, mais restés à cheval, purent s'échapper par l'aile droite; tandis que le 6e escadron, placé à la gauche du 4e, donnait dans le vide et pouvait se rallier par l'aile gauche. Il n'eut qu'un officier blessé, le sous lieutenant Bauvin. Le 4e escadron fut pour ainsi dire anéanti. Le capitaine Thomas et le maréchal des logis chef Lanflaude rallièrent 18 cavaliers après la charge; tous les autres officiers et sous officiers restèrent sur place. Tués le lieutenant en premier Bonherbe, les sous lieutenants Lecler et Cornuéjouls, les maréchaux des logis Scheffler et Trotin, brigadier fourrier Roblin. Blessés grièvement sous lieutenant Faralicq, maréchaux des logis Rémond et François. Le lieutenant en deuxième Barreau, les maréchaux des logis Chabert, Garnier, Barillot et le maréchal des logis Saint Chapelle, indemnes, furent ramassés sous les cadavres de leurs chevaux et faits prisonniers.
Le deuxième ligne fut mise en désordre par le feu de l'infanterie prussienne, déployée après la disparition de la première. Les 2e et 3e escadrons eurent un officier tué chacun : le lieutenant Boudeville et le sous lieutenant Michaux. Le chef d'escadrons de Verges et les capitaines commandants Laborde et Barroy, les sous lieutenants Decrouy et de Fromessent furent blessés et démontés.
Enfin le 1e escaron formant la troisième ligne ne put pousser loin, se trouvant entraîné par le retour de la 2e ligne. Le colonel Dupressoir, le Lieutenant Colonel Letourneur, le capitaine Casadavant, le lieutenant Davenne et le sous lieutenant Mégard de Bourjolly furent blessés et démontés. Le maréchal des logis Boiteux fut tué.
Après la charge, le régiment des cuirassiers de la garde rallié à l'est de Rezonville comptait à peine 200 hommes montés.
 "

Le régiment capitule avec l'armée à Metz le 28 octobre 1870. C'est le 12e régiment de cuirassiers qui relèvera les traditions des cuirassiers de la Garde en 1871. 

   
Pierre Marie Léopold Nérin
 
Né le 24/11/1819 à Avallon (Yonne), Pierre est le fils de Claude Nérin, colonel du 64e régiment d'infanterie, baron d'empire et commandant de la place d'Avallon. Il fait Saint Cyr entre 1839 et 1841 et a d'abord servi au 3e régiment de lanciers.
 
Capitaine le 18/4/1849, il est instructeur à l'école de Saumur de 1853 à 1857.
 
Peu après sa promotion comme Chef d'escadrons (le 30/12/1857), il est nommé au 7e régiment de hussards et sert une année en Algérie. Le 14/3/1860, il passe au régiment des cuirassiers de la Garde Impériale et est décoré de la Légion d'Honneur le 4/7/1860. Il y est photographié à Paris en grande tenue (photo de gauche, cliché Petit & Trinquart), avec la cuirasse brillamment nickelée et à droite (Photo Sée), dans la tenue du matin.
 
Le 27/11/1865, il est nommé Lieutenant Colonel. Il est alors affecté à l'école de Saumur comme commandant les officiers instructeurs militaires. Le futur général de Broissia, qui servit alors sous ses ordres le décrit de la manière suivante : "Bon vivant, exubérant et joyeux, il n'intimidait personne, mais s'était fait connaître de toute la cavalerie française par la grossiéreté de son language et la crudité de ses expressions. Qu'il fut au corps de garde, dans le monde ou au milieu de sa famille, c'était toujours la même chose. Ses histoires faisaient notre bonheur, quelques unes étaient spirituelles et très amusantes, je regrette vraiment que leur légèreté m'empêche de les citer ici. Il avait une femme fort agréable et des filles charmantes, admirablement élevées malgré les terribles leçons de leur père. Toutes trois étaient jolies et nous faisaient d'excellentes danseuses".
 
Officier de la légion d'honneur, il est nommé Colonel le 16 juillet 1870, au 10e régiment de chasseurs. Il est fait prisonnier à la capitulation de Metz.
Après la guerre de 70, il prend le commandement du 5e régiment de cuirassiers, puis après sa nomination comme Général de brigade, de la 4e brigade de cuirassiers (en mars 1877).
Il meurt le 8/4/1882, commandeur de la Légion d'Honneur.
 
Photo (Paris)
   


      

Emery Roussange

Il est né le 7/11/1820 à St Junien (Haute Vienne). Il s'engage au 5e régiment de dragons en 1841 et y est promu sous officier en 1843.

Promu Sous lieutenant le 4/6/1848, il reste au 5e régiment de dragons. Il est nommé Lieutenant le 2/5/1843.

Promu Capitaine le 30/5/1855, il rejoint le 2e régiment des cuirassiers de la Garde en 1858 et fait la campagne d'Italie. Il reçoit la croix de la légion d'honneur en décembre 1862.

Durant la guerre de 1870, il commande le 6e escadron du régiment et à un cheval tué sous lui lors de la terrible charge de Rezonville qui décime le régiment. Cette charge est réalisée contre deux compagnies du 52e régiment d'infanterie prussienne dont l'historique relate la charge : "Devant le front, le capitaine Hildebrandt se tient, debout, appuyé sur son sabre, comme coulé en airain . "Soldats, dit-il, ne tirez pas, ce sont nos cavaliers". Il enraie ainsi un feu prématuré. Puis, il demeure devant le centre de la ligne, observant avec calme l'approche de la cavalerie ennemie. Sa tranquilité se communique à ses hommes qui ont reconnu l'ennemi aux crinières des casques… Un silence angoissant règne dans les compagnies ; tous les regards sont dirigés vers le capitaine… Maintenant, le premier échelon devant lequel est visible une longue rangée d'officiers, se trouve éloigné de 250 à 300 pas. Alors le capitaine Hildebrandt rentre à pas lents derrière le deuxième rang puis retentit son commandement : "Apprêtez armes ! Feu !" des cavaliers s'échappent par les ailes ou les intervalles, le second rang fait demi tour et les fusille dans le dos." Roussange reçoit la croix d'officier de la Légion d'Honneur le 23/9/1870.

Pendant le siège de Metz, Roussange se signale défavorablement auprès de ses supérieurs par son comportement exalté, comme en témoigne la lettre du général du Fretay, commandant la brigade de cavalerie de la Garde au général Desvaux : "Malheureusement, M. le capitaine Roussange est venu donner un triste spectacle et un déplorable exemple. Il s'est promené aujourd'hui dans l'après midi en ville, à la tête de quelques pertubateurs, précédé d'un drapeau rouge et proférant des cris séditieux ; dans la réunion de ce soir, j'ai dit à son colonel de tâcher de se saisir de cet officier. J'envoie l'ordre au général du Preuil de le faire conduire demain au général commandant la division à Metz, pour qu'il soit mis en prison et tenu à la disposition de l'autorité militaire. On ne peut, quelque soient les circonstances, laisser passer inaperçu un pareil acte d'indiscipline."

Cet acte d'indiscipline pro républicain, peu courant pour un officier de la Garde, nuit à sa carrière, car il n'est promu Chef d'escadrons que le 11/6/1872, à l'ancienneté après 17 ans de grade comme capitaine. . Après la guerre, il passe alors au 8e régiment de cuirassiers et est retraité en 1874.

Il est mort en 1893

Photo Tournachon (Paris)


     

Alexandre Pierre des Hautschamps

Né le 23/02/1827 à Rennes, c'est un saint cyrien de la promotion d'Ibrahim (1845-1847). Nommé Sous Lieutenant le 1/10/1847, il prend son grade au 1er régiment de dragons où il reste deux ans, avant de passer au 5e régiment de cuirassiers.

Il est promu Lieutenant le 5/6/1850.

Le 3/3/1854, il est nommé Capitaine et passe un an plus tard au 1er régiment des cuirassiers de la Garde Impériale. Il va y rester douze ans, y exercant successivement les fonctions de capitaine en second, de capitaine adjudant major, puis de capitaine commandant un escadron. Il y fait la campagne en Italie.

Pronu Chef d'escadron en mars 1867, puis chevalier de la Légion d'Honneur, il passe au 5e régiment de hussards avec lequel il va faire la guerre de 1870. Il est fait prisonnier apès Sedan.

Après la guerre, il est promu officier de la légion d'Honneur (le 9/6/1871) et en mai 1874 il est nommé Lieutenant Colonel au 2e régiment de dragons.

Il finit sa carrière Colonel (nommé le 27/2/1877) après avoir commandé les 8e 11e et 26e régiments de dragons, commandeur de la Légion d'Honneur.

Photos Sée (Paris)

    


Auguste Joseph Tristan Petit de l'Héraule

 

Né à Alger le 13/10/1832, c'est le petit fils du général Savary, duc de Rovigo, Ministre de la Police sous le Premier Empire.

Elève de Saint Cyr en 1851, il est nommé Sous Lieutenant au 6e régiment de cuirassiers le 1/10/1853.

Il passe au régiment des cuirassiers de la garde en 1854.

Promu Lieutenant au 1er régiments des cuirassiers de la Garde le 30/12/1857, il démissionne de l'armée en mai 1861. Cette courte carrière militaire nous laisse cependant ce beau portrait, en grande tenue, avec casque sur la tête.

 

Photo Franck (Paris)


        

Edmond-Richard Castelnau Wallace

C'est le fils de Richard Wallace, riche aristocrate anglais, qui fut célèbre pour sa fortune et pour avoir financé les fontaines Wallace dans Paris vers 1872. Il est né à Paris, le 28 Août 1840. Né Castelnau, du nom de sa mère, il a environ 30 ans lorsque ses parents se marient, ce qui lui vaut de changer son nom en Castelnau Wallace.

Elève de Saint Cyr en 1864, il est nommé Sous Lieutenant le 1/10/1865 au régiment des Cuirassiers de la Garde. Il suit les cours de l'école de Saumur en 1867, date à laquelle il se fait photographier dans la petite tenue du régiment. Durant la guerre de 70, il prend part au siège de Paris comme officier d'ordonnance du général Vinoy. Il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur le 16/1/1871.

Il démissionne de l'armée comme Capitaine et accompagne ses parents en Angleterre. Sous leur pression, il consent à devenir citoyen britannique, bien que cela ne semble pas l'avoir privé de la nationalité française. Il peut en outre mesurer l'étendue de la fortune familiale dont il profite sous la forme d'une rente conséquente. Mais rapidement, ce genre de vie déçoit Edmond qui réalise qu'il n'est pas à l'aise dans le rôle du propriétaire terrien anglais à l'ère victorienne. Il préfére la vie parisienne et multiplie les escapades de l'autre côté du Channel où il se met en ménage avec Amélie Gall dont il aura quatre enfants. Cette mésalliance entraine la rupture avec son père.

Edmond meurt le 24 mars 1887 à Paris d'une crise cardiaque. Il avait demandé à être inhumé au cimetière du Père Lachaise, non dans le somptueux caveau des Hertford (famille de son père), mais dans une modeste tombe voisine où reposent quelques membres illégitimes de la famille.

De ses quatre enfants, l'un fut général de l'armée française (dans les années 30) après avoir fait une brillante guerre de 14, un second fut tué en 1915, et sa fille devint un célèbre cantatrice.

Photo Le Roch (Saumur)


Charles Hippolyte Marcel Dequen

Né le 23/4/1820 à Breteuil, ce fils de gendarme s'engage comme cavalier au 4e régiment de Cuirassiers le 30/1/1841. Il y effectue alors une carrière de sous officier de garnison, jusqu'à sa promotion comme Sous Lieutenant le 16/8/1848.

Après avoir suivi les cours de Saumur en 1852, il est promu Lieutenant le 2/5/1853 et passe au régiment des Cuirassiers de la Garde Impériale, devenu 1er régiment en juillet 1854.

Nommé Capitaine le 12/1/1856. Il est ici photographié par Disdéri, en grande tenue, avec casque, cuirasse, pantalon et gants blancs et bottes montantes. Il est nommé chevalier de la légion d'Honneur le 14/11/1862. Il quitte la Garde le 12/1/1864 et rejoint le 2e régiment de Lanciers.

La guerre de 1870 étant déclarée, Dequen reste au dépôt du régiment durant la première partie des opérations.
Le 4/11/1870, il est promu Chef d'escadrons au 3e régiment de marche des Lanciers, régiment mis sur pîed avec les 6e escadrons de 4 régiments différents de lanciers. Il est attaché au 18e corps d'armée de la Loire, qui s'organise à Nevers. Le 28/11/1870 à Juranville, "le capitaine d'artillerie Brugère, attaché à l'état major du 18e corps, prévient le commandant Renaudot, commandant en second du régiment que notre artillerie vient de démonter deux pièces prussiennes et qu'une de ces pièces est abandonnée près de Côtelles à 600 metres environ de notre première ligne. Sur sa demande, de l'infanterie a été envoyée pour la garder, mais elle a déjà perdu plusieurs hommes et seule elle ne peut rien faire. Immédiatement les chefs d'escadrons Renaudot et Dequen auxquels s'était adjoint la capitaine Brugère, partent au trot suivi de l'escadron formé en colonne par quatre ; il passent sous le feu de l'artillerie ennemie et arrivent à la hauteur du canon prussien. Le capitaine Brugère amène un avant train et quelques canonniers, mais il ne peut faire entre la cheville ouvrière dans la lunette de la pièce. Les Prussiens lancent alors des boîtes à mitraille et des scharpnels. Impossible de rester  plus longtemps dans cette situation critique, il faut à tout prix s'emparer du village. Le commandant Renaudot lance à sa troupe quelques paroles énergiques en lui montrant l'ennemi et se précipite de nouveau en avant dans la direction des Côtelles. Un premier fossé, appuyé d'abbatis est enlevé. Arrivé devant le village, l'escadron est encore arrêté par une barricade fortement protégée par deux maisons crénelées. L'ennemi tire à bout portant et le sous lieutenant Bucheron est renversé de son cheval. Le commandant Renaudot tourne alors la position par la gauche et ordonne au commandant Dequen d'exécuter le même mouvement par la droite. Les Allemands voyant leur retraite coupée se jettent affolés hors des maisons et sont culbutés par les deux colonnes de cavalerie. Les lanciers se comportent admirablement, leurs revolvers américains font merveille et l'ennemi surpris par l'impétuosité de cette attaque se rend sans presque chercher à se défendre. Bientôt une centaine de prisonniers sont réunis. Cependant l'infanterie adverse cherche à reprendre l'offensive ; elle est appuyée par la deuxième pièce qui, ayant pu se retirer à temps, tire à mitraille sur le village. N'étant pas soutenu, le chef d'escadron Renaudot rallie l'escadron et se retire au pas, emmenant un major hanovrien et quelques hommes prisonniers. Chaque lancier rapporte un fusil prussien. Pendant ce temps le capitaine Brugère parvient à faire atteler la pièce et la ramène dans nos lignes aux hourras des troupes qui avaient assité de loin à ce brillant coup de main. (historique du régiment)" dans cette affaire le régiment a 7 hommes et 15 chevaux tués ou gravement blessés.
Après la campagne de la Loire, le régiment fait la difficile campagne de l'Est et participe à la bataille de Villersexel puis à celle d'Héricourt.

Après la guerre, Dequen est nommé au 15e régiment de Dragons, puis il rejoint le 26e Dragons en octobre 1873. Il est nommé officier de la légion d'Honneur le 3/8/1875, quatre mois avant se retraite. Il est mort le 30/10/1887.

    


Augustin Guillaume Hubert

   

   

Auguste Hubert est né le 10/1/1820 à Montauban.

Il est nommé Sous Lieutenant le 24/12/1849 au 2e régiment de chasseurs d'Afrique. Il est chevalier de la Légion d'Honneur le 26/12/1852.

Promu Lieutenant le 1/5/1854, il rejoint le premier régiment des cuirassiers de la Garde.

Le 13/8/1857, il est nommé Capitaine et rejoint le 3e régiment de cuirassiers. En 1859, il est de nouveau affecté au 1er régiment des cuirassiers de la Garde et en devient adjudant major en 1862.

Sur ces portraits, il arbore :
- à gauche (photo Franck - Paris) et au centre (photo Prévot - Paris), l'habit frac, porté pour les cérémonies ou la tenue de ville, avec le chapeau.
- à droite (photo Crémière - Paris), la grande tenue de service pour les prises d'armes, avec le pantalon blanc, la cuirasse, le casque et les gants.

Hubert sert au régiment jusqu'à sa mise à la retraite en 1868. Il est mort le 1/2/1900.



    

Jacques Emmanuel de Cools

 

Né le 21/4/1827 à Paris, le baron de Cools est Saint Cyrien. Entré en 1845, il en sort 48e sur 291 et est nommé Sous Lieutenant le 1/10/1847 au 8e régiment de cuirassiers. Il rejoint ensuite l'école de Saumur comme officier élève et en sort classé 3e sur 55.

En octobre 1849, il rejoint le 3e régiment de Dragons. il est nommé Lieutenant le 4/2/1850. Il retourne une année à Saumur en qualité d'officier d'instruction

Le 20/11/1852 il est nommé Capitaine instructeur au 2e régiment de chasseurs à cheval.. Le 22/6/1856, il rejoint la Garde Impériale au régiment des cuirassiers de la Garde et il prend le commandement d'un escadron en octobre 1860. Il porte ici la grande tenue de prise d'armes

Le 20/8/1863, il est promu Chef d'escadrons au 1er régiment de Dragons. Il est promu chevalier de la Légion d'Honneur le 29/12/1865. Il démissionne de l'armée en juillet 1867.

En avril 1870, il est nommé Chef de bataillon de la garde national mobile d'Indre et Loire. Il participe à la guerre de 70 (du 1/10/1870 au 7/3/1871) et est nommé Lieutenant Colonel. Il est nommé officier de la Légion d'Honneur le 22/3/1872.

C'est le frère ainé du général de Cools, qui finit sa carrière comme membre du conseil supérieur de la guerre. Il est mort dans se demeure du chateau de la Noue le 21/9/1890.

Photo Hideux (Compiègne)


   

Almir Marie Legrand de Vaux

Né en 1845, Legrand de Vaux est Saint Cyrien. Il en sort 48e sur 291 et est nommé Sous Lieutenant le 1/10/1866 au 8e régiment de Cuirassiers. Il passe au régiment des Cuirassiers de la Garde, peu avant son affectation à Saumur pour y suivre les cours de sous lieutenant d'instruction où il est ici photographié. La guerre de 70 le trouve officier à la suite au 2e escadron de son régiment, chargé notamment du ravitaillement des officiers.

Il a laissé des souvenirs ecrits de sa charge de Rezonville (publié dans le Correspondant - juillet/aout 1911) : "Bientôt on se porte en avant, on met le sabre à la main, on prend le trot et nous voilà partis. Nous chargeons sur trois lignes les unes derrières les autres, d'abord les 4e et 6e escadrons, puis les 3e et 2e, puis enfin le 1er. Il était midi. Nous avions environ 800 metres à parcourir pour atteindre les carrés ennemis. A 200 metres, l'infanterie de ces carrés joignit son feu à celui de l'artillerie et nous cribla de balles. Les Prussiens des carrés nous laissent un peu avancer et on les voit nous mettre en joue et faire feu, assez calmes, nos hommes et chevaux tombent comme mouches, plusieurs hommes crient en tombant. Joignez à cela que le terrain était coupé par un fort ruisseau oú toute notre gauche risqua de tomber, puis que le terrain ayant été occupé par des troupes en campement, on y avait laissé des voitures, caisses à biscuits et même des cercles tendus pour faire sécher le linge. Somme toute, terrain execrable qui, joint aux conditions oú nous nous trouvions par rapport à l'ennemi, rendait notre charge impossible. Notre première ligne (3e et 4e escadrons) s'étant ralliée, la seconde oú j'étais partit à son tour. Les balles pleuvaient autour de nous. On les entendait faire "flac" dans la chair des hommes et des chevaux, et "tac" sur les cuirasses et les casques. Le première ligne ayant laissé à terre nombre d'hommes et de chevaux, il fallait sauter par dessus. Je ne sais pas combien j'en ai sauté pour ma part, jusqu'à 15 metres à peu près du carré sur lequel nous arrivions ; au moment oú on sonna le ralliement j'allai donner contre un monceau d'hommes et de chevaux, criant et hurlant à qui mieux mieux, que sa hauteur m'aurait empêché de franchir. Je fis demi tour et retrournais à fond de train, faisant gros dos comme un lièvre qui craint le plomb du chasseur, criant aux hommes de se rallier sur moi. Je n'ai jamais rien trouvé de plus long de ma vie que cette retraite de 800 metres, sous un feu meurtrier, entendant toujours les balles siffler et taper sur les cuirasses. Nous nous rallions sur l'entrée du village de Rezonville, traversons la route de Verdun, nous arrêtant sur le côté de cette route. Les chevaux blessés reviennent sans cavaliers, la selle sous le ventre, rejoignant leurs camarades. Beaucoup d'officiers et d'hommes tombés ou blessés montaient des chevaux qui n'étaient pas les leurs ; on se comptait et les poignées de mains s'échangaient entre les survivants. Il manquait 20 offiers et il y avait à peine assez d'hommes pour former un escadron."

Après avoir subi le siège de Metz et la capitulation, il est prisonnier à Aix la Chapelle. Revenu en France en mars 1871, il quitte l'armée la même année.

Photo Le Roch (Saumur)

   


   

Edouard Thibault

Né le 17/1/1817 à Mons (Belgique), Thibault est nommé chef de musique au 1er régiment des cuirassiers de la Garde le 7/10/1854.

Il porte sur ces deux cliché, la tenue du régiment : Habit bleu de roi au collet écarlate orné d'une lyre, pantalon garance, chapeau de cavalerie.

Il sert dans ces fonctions au régiment des cuirassiers de la Garde durant la campagne d'Italie dont il revient avec la médaille commémorative, puis prend sa pension de retraite à la suppression de la musique de la Garde en aout 1867. Il devient alors chef de musique de la 2° subdivision de la garde nationale de Paris et chef de la fanfare scénique de l'Opéra.

Cet artiste est mort d'une façon tragique. "Un jour, se trouvant dans l'avenue des Champs-Élysées, il entend dire qu'une nouvelle batterie placée à Courbevoie par l'armée de Versailles (c'était pendant l'insurrection communale) vient d'ouvrir son feu contre la barrière de l'Etoile, qu'elle couvre de projectiles. Curieux, comme tous les militaires, de spectacles de ce genre, Thibault remonte l'avenue pour atteindre l'ârc-de-Triomphe, afin de voir les effets du tir, mais â peine a-t-il atteint le monument qu'un obus tombe à ses pieds, éclate sans qu'il ait eu le temps de se garer, et qu'un éclat vient le frapper mortellement. On s'empresse autour de l'infortuné, on le place sur une civière pour le transporter chez lui, mais il n'a pas le temps d'y arriver et expire pendant le trajet. Thibault était le père de deux jeunes filles, excellentes musiciennes et douées des plus heureuses dispositions pour le chant; l'une d'elles Mlle Berthe Thibault, après avoir obtenu de grands succès au Conservatoire, a débuté heureusement à l'Opéra dans ces temps derniers; sa sœur Mlle Blanche Thibault se destine à l'Opéra-Comique (journal le Menestrel - 1871)".

Photos Prévot et Crémière (Paris)

 

   


Louis Edouard Merme

Né le 3/1/1833 à Pouilly St Genis (Ain), Louis merme est fils d'officier.  Il est engagé volontaire en mai 1853 comme cavalier au 2e régiment de carabiniers. Il y est fait brigadier, puis maréchal des logis en décembre 1855, après avoir suivi les cours de Saumur comme élève instructeur.

Il retourne à saumur en janvier 1863, cette fois comme sous officier élève instructeur et le 31/12/1863, il est promu Sous Lieutenant au 6e régiment de Cuirassiers. En Janvier 1863, il passe au 1er régiment de Cuirassiers de la Garde, dont il porte ici la tenue (habit frac).

Le 12/9/1870, il est promu Lieutenant et passe au 3e régiment de Cuirassiers. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 24/6/1871.

Il est mort en septembre 1873.

Photo Prevot (Paris)

   


  

Emile Joseph Decormon

Entré au service en 1849, il est fait Sous Lieutenant le 7/8/1856. Il rejoint le 1er régiment des cuirassiers de la Garde avec lequel il fait la campagne d'Italie. Il en porte ici la médaille agrafée sur la cuirasse.

Promu Lieutenant le 25/12/1867, il rejoint le régiment des Lanciers de la Garde et est fait chevalier de la Légion d'Honneur le 11/8/1869 ("20 ans de service effectif, une campagne").

Lors de la bataille de Rezonville et la grande charge de cavalerie de Mars la Tour, Decormon est blessé dans la mélée d'un coup de sabre à la tête et d'un autre à la main gauche. Disparu dans la mélée, probablement fait prisonnier, il est remplacé au régiment le 24 aout.

Après la guerre, le 23/4/1872, il est fait Capitaine au 19e régiment de chasseurs.

 

Photo Cremière (Paris)

Retour