Charles Guillaume Marie Appolinaire Antoine COUSIN DE MONTAUBAN, né le 24/9/1796 à Paris

Photo Pierson (Paris)
 

 
Photo Disdéri (Paris)
Photo Pierson (Paris)
 
 
 
 

 

Entre en juillet 1814 à la compagnie des Gardes du Corps de Monsieur.

Nommé sous lieutenant au 3e cuirassiers en 12/1815. Va suivre les cours de l'école de Saumur, puis en 1820 l'école d'Etat Major.

Nommé lieutenant aux Chasseurs de l'Orne en 1822, il participe à la guerre en Espagne comme aide de camp du général Toussaint.. En 1827 il passe au 1er régiment de grenadiers à cheval de la Garde royale.

En 1831 il part en Algérie, il va y rester jusqu'en 1857, accumuler 27 campagnes et 10 citations : Tlemcen, Sikkak (charge de son escadron et met en fuite la cavalerie ennemie), razzia contre les Ouled Guelfis (1840), Lao (1842) et surtout la capture d'Abd el Kader en 1847. Il est successivement Chef d'escadron aux Spahis (1836), Lieutenant Colonel aux Chasseurs d'Afrique (1843) et Colonel au 2e Spahis (1845) et du 2e Chasseurs d'Afrique.

En 1851 il est nommé général de Brigade à Mostaganem, puis en 1855 général de division commandant la division d'Oran.. En 1875 il rentre en France et commande la 21e DM à Limoges.
En 1859, il est nommé commandant en chef (terre et mer) de l'expédition de Chine, en collaboration avec les Anglais. Forte de 8000 hommes (dont 5600 fantassins et 1200 artilleurs). Il s'y distingue par la prise des forts de Takou, la victoire de Pei Ho, puis celle de Palikao. L'exécution des parlementaires français par les chinois motivent la prise de Pékin 9/9/60) et le général ne peut empécher ses troupes de mettre à sac le Palais Impérial, ce qui provoquera un scandale. Il est nommé GO LH en 1860, comte de Palikao.
De retour en France en 1861, il est nommé sénateur. En 1865 il prend la tête du 4e CA à Lyon, commandement qu'il conserve durant le premier mois de la guerre. Nommé chef du gouvernement après les premiers desastres et la chute du ministere Ollivier, il prend les premières mesures pour réorganiser l'armée. La révolution du 4 septembre le force à prendre la fuite en Belgique. Durant la seconde partie de la guerre ses offres au gouvernement restent sans réponse.

Il revient sur le terrtitoire en 1871, mais sans reçevoir de commandement. Décédé le 8/1/78 

retour menu